Les différentes recherches menées sur la performance des établissements et sur les facteurs d’amélioration ont établi que la qualité des directeurs est le premier facteur de performance des établissements. Parmi les différents éléments qui contribuent à ce qu’il est convenu d’appeler « l’effet-établissement », ceux qui ont le poids le plus important relèvent des tâches communément exercées par les directeurs et les équipes de direction. En sa qualité de représentant de l’Etat et de premier responsable de sa structure, le chef d’établissement est donc tenu d’assurer le fonctionnement correct de son service par une gestion rigoureuse et transparente des différentes ressources mises à disposition. Cette gestion qui concerne tous les domaines d’activités requiert du chef d’établissement des compétences managériales fondées sur une maîtrise des textes législatifs et réglementaires. Cela est d’autant plus nécessaire que la politique de décentralisation et de déconcentration lui confère davantage de responsabilités.